14 mars 2012

A Gérard R., un Charlot... ou pas... carrément pas.

Tout a commencé par une nuit sombre, le long d'une route de campagne, alors que je cherchais un raccourci que jamais je ne trouvai...

Heu...

Ch'crois pas, non.

Tout a commencé, par un SMS, reçu un vendredi après-midi, alors que je roulais en voiture pour me rendre dans une banlieue improbable à la recherche d'un client perdu. Enfin, pour essayer de le gagner. Finbonbref, c'est pas le plus important pour le moment.

Un SMS disais-je, envoyé par mon grand copain (1,75 m au garrot et à vue de nez) Cityzen. Un mot, un seul.

Condoléances.

Diable, quelqu'un est mort dans la famille ?

Quelque peu inquiétée par ce message sybillin, je me rendis néanmoinsà mon rendez-vous afin d'effectuer la plus belle des danses des sept voiles histoire d'obtenir une signature sur un contrat - et des honoraires conséquents sur une période de temps la plus looooongue possible. Sans trop chercher à approfondir pour ne pas perdre le peu de moyens à moi laissés par ma timidité naturelle.

A peine sortie de ce rendez-vous, je sautai dans ma voiture et sur mon portable et renvoyai un SMS angoissé :

Pkoi ? Kesskisspasse ?

T'as pas entendu les infos ?, telle fut la réponse laconique du sieur Cityzen.

Allons bon, que se passe-t-il donc ? La Guerre des Mondes a recommencé ? L'équipe de France de foot a gagné un match ? Naaan, pas possib'... (ah si, mais c'est une autre histoire).

Alors ? Bah t'as un autoradio, alors allume et cherche les infos ! Et c'est là que j'ai appris la nouvelle : le décès de Gérard Rinaldi.

Acteur, doubleur, imitateur, musicien... Rarement vu un gars aussi doué.

Et chanteur des Charlots.

Forcément, si vous ne le connaissez que via les trucs débiles genre les films des Charlots ou Marc et Sophie, vous pouvez pas réaliser à quel point ce type était impressionnant.

Une voix magnifique, et dont il savait se servir magistralement. Un vrai crooner. Mais ne se prenant pas au sérieux, au point de chanter exprès avec des accents très marqués histoire de faire rire les copains. Ou de prendre la voix d'un autre : le Général de Gaulle, Jacques Dutronc (Je suis trop beau), Tino Rossi (Je chante en attendant que ça sèche), Serge Gainsbourg (Sois érotique), Serge Lama (Réflexions Napoléoniennes sur un objet usuel de la vie en exil - ça c'est du titre de chanson - j'ai pas pu trouver de vidéo ou de son, mais voilà déjà les paroles), j'en passe et pas des moins connus.

Vous l'aurez compris, je suis - j'étais ? - très fan. On m'a même offert un jour la biographie des Charlots publiée il y a quelques années par Jean Sarrus (le plus p'tit de la bande), livre que j'ai dévoré et que j'ai toujours. Et c'est sur de nombreuses chansons de Charlots que la p'tite Oursonne, dès son plus jeune âge, a exercé l'organe qui lui sert souvent à hurler, mais qui parfois arrive à sortir des sons pas si inharmonieux.

D'ailleurs, pas plus tard que le mois dernier, sur ma dernière note, j'avouais sans trop de honte chanter à brûle-pourpoint et au milieu de la rue l'une des sérénades immortalisées par Gérard Rinaldi : le désormais bien connu de nos lecteurs Y a plus d'vodka.

Mais Gérard Rinaldi, c'était aussi un acteur. Beaucoup utilisé pour des doublages, et notamment il était la voix française du commandant Sinclair, dans Babylon 5 (faudra que je vous en parle un jour, de cette série...) ou de l'agent Tobias Farnell du NCIS (joué par l'excellent Joe Spano, pour les puristes).

Sans oublier un excellent acteur de théâtre - j'ai eu la chance de le voir sur scène il y a quelques années dans une pièce de Feydeau - humour, toujours l'humour...

Mouais. Autant vous dire que son absence dans le paysage culturel français va me marquer.

Alors aujourd'hui, même si ça fait déjà deux semaines que Gérard Rinaldi est décédé, je voulais lui rendre un - modeste - hommage. Le site du Nouvel Observateur en a publié un superbe, difficile de faire mieux... Alors on va laisser place à la musique.

Non, je ne vous passerai pas Paulette la reine des Paupiettes (tellement d'autres l'ont fait... mais si vous voulez quand même la revoir, alors...

Histoire de varier les plaisirs, je vous ai concocté une petite playlist de Gérard Rinaldi le crooner. Toutefois, il n'est pas inenvisageable que la chose dérape et que le Charlot reprenne le dessus...

Merci pour tout, Monsieur Rinaldi...

Posté par Ferdiebear à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur A Gérard R., un Charlot... ou pas... carrément pas.

Nouveau commentaire