12 avril 2007

L'Etoffe du Héros

Vous ne le saviez probablement pas - et d'ailleurs, je me demande bien comment vous avez fait pour vivre dans cette horrible ignorance jusqu'à aujourd'hui - l'une de mes passions, c'est l'espace.

A peine haute comme trois pommes, je regardais en direct à la télévision Neil Armstrong (qui n'est ni trompettiste, ni coureur cycliste, précisons-le pour les plus jeunes de nos lecteurs) faire ses premiers gambadous sur la Lune - M'man Ours m'avait spécialement réveillée pour que je puisse assister à cette aventure extraordinaire - le hic, c'est que vu mon très très très jeune âge à l'époque, je n'en ai gardé aucun souvenir, mébon, on va pas être trop exigeant, non plus.

Quelques années plus tard, je dévorais les bouquins sur la conquête spatiale, la guéguerre technologique entre Ricains et Soviétiques, autre volet de la guerre froide. Je rêvais de faire partie de cette héroïque corporation des cosmo-astro-spatio-taïko-et-autres-nautes (mais bizarrement, pas argo, les nautes ; ils me tentaient pas, ceux-là... Allez comprendre). M'enfin, vous avez déjà vu un ours dans une fusée, vous ? Des chiens, des chimpanzés, des tritons, des araignées, des escargots, des rats, oui. Un ours... déjà qu'une capsule spatiale c'est tout petit... Enfin si, il y a bien eu un ours à bord de la Station Spatiale Internationale, mais on va dire qu'il ne compte pas vu qu'il était en peluche (pffff... vendu !).

Mais je m'égare (qui a dit du nord ? Aha, tu veux donc que ça tourne à l'émeute...). Donc j'admirais tous ces héros, et je rêvais en regardant la série Cosmos 1999 en me disant qu'en 1999, j'aurais l'âge requis pour aller habiter sur la Station Alpha. Bon évidemment, il aurait fallu porter ces ridicules pyjamas blanc et beige, et ne pas oublier de se faire projeter violemment à l'autre bout de la passerelle de commandement à chaque péripétie. Mébon, on peut bien supporter quelques désagréments pour vivre son rêve, non ?

Mais pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce qu'aujourd'hui, cela fait exactement 46 ans qu'un homme est allé dans l'espace. En effet, le 12 avril 1961, Youri Alexeïevitch Gagarine s'envoyait en l'air pendant presque deux heures.

Mouais... dit comme ça, ça ne fait pas très glorieux... On recommence : le 12 avril 1961, donc, Youri Gagarine, 27 ans, effectuait à bord de Vostok-1 le premier véritable vol spatial habité, une révolution autour de notre planète en 1 heure 48.Gagarine1 108 minutes pour entrer dans l'histoire mondiale à tout jamais.
C'est lui, là, à droite.
Petite parenthèse : vous trouvez pas qu'il ressemble à Pef, Pierre-François Martin Laval, qui joue le spationaute dans le film Essaye-moi ? Bah si, quoi : regardez !
Alors ?

Bon, Youri Gagarine, 1er homme dans l'espace, ok, c'est connu. Ce qu'on sait moins, c'est que, six mois avant le décollage de Vostok-1, un terrible accident s'était produit : une fusée avait explosé sur le pas de tir, détruisant les installations et faisant des centaines de victimes. Quelques semaines plus tard, un prototype de Vostok se transformait en torche en rentrant dans l'atmosphère. Pas très rassurant pour un premier passager humain... Les Soviétiques avaient calculé que ce vol avait 1 chance sur 2 de réussir... Naaaan, j'veux plus y aller, laissez-moi descendre !

Autre anecdote amusante : deux cosmonautes évaient été sélectionnés pour ce vol, Guerman Titov et Youri Gagarine. Plus brillant que Gagarine, Titov avait pourtant un handicap de taille : son père était instituteur. Un intellectuel, un nanti, quoi ! Et comme Kroutchev souhaitait que le premier cosmonaute soit d'origine modeste, c'est donc Gagarine, fils d'ouvrier, qui fut choisi. Un bel exemple de discrimination positive, non ? Déjà la politique prenait le pas sur la compétence... Hum, oui, bon, j'ai rien dit.

vostok_1Finbonbref, c'est donc le petit Youri (rien de péjoratif, c'est petit un cosmonaute, ils sont même carrément choisis pour) qui a été se balader dans le cosmos. Espérons que le p'tit gars en a bien profité car, dès son retour, il a été interdit de vol spatial. L'URSS tenait à ses héros... et ne souhaitait pas risquer leur vie dans des capsules à la noix, dont le retour sur Terre avec le gars à l'intérieur en un seul morceau et pas rôti ni tout cassé n'était absolument pas garanti (mais que faisaient les gars de "pas de blabla, zéro tracas ?").

Mais ça n'a pourtant pas suffi. A peine 7 ans plus tard, Youri Gagarine périssait dans un crash d'avion... un bête vol d'entrainement à bord d'un MIG. C'est dommage, le gars avait l'air sympa... Et en plus, il avait le sens de l'humour ! Pour preuve, une déclaration qu'il a faite au cours de la conférence de presse qu'il a donné après son vol : "Dieu n'existe pas, je ne l'ai pas rencontré".

Youri, espèce de Saint Thomas, va...

Aujourd'hui, je voulais donc rendre hommage à cet homme courageux, devenu un symbole pour l'humanité tout entière. Celui qui a aussi déclaré la chose suivante : "Après avoir fait le tour de la Terre dans un vaisseau spatial, j’ai vu combien belle était notre planète. Faisons donc de notre mieux pour préserver et multiplier cette beauté mais non pas la détruire".

Comme quoi finalement, pour ceux qui ont eu la chance de la voir d'en haut, la Terre devient bien autre chose qu'un bête enjeu de suprématie politique.

Tout ceci est bien solennel, vous ne trouvez pas ? C'est vrai, pour moi, la conquête de l'espace est devenue une sorte de saga, une Geste, une Légende... Des histoires de héros, de défis, de morts tragiques, de succès grandioses... Mais pour bien raconter ce genre d'histoires, il faut finir en chansons ! Et ça tombe bien, parce que des chansons sur Gagarine, il en existe quelques unes que, bien entendu, j'ai déniché pour vous.

En 1986, Allain Leprest disait au revoir à un héros, avec Good Bye Gagarine (à écouter là, mais je vous préviens, c'est du lourd - faire rimer Gagarine avec margarine, fallait oser...). En 1999, Pascal Obispo glorifiait tout d'un bloc Neil Armstrong ou Gagarine (et ça donne pas dans le léger non plus, la preuve...). Mais moi, celle que je préfère, c'est une chanson de 1993, vraiment déjantée celle-là, juste comme je les aime :

Chuis sûre que Youri aurait adoré... 

Posté par Ferdiebear à 22:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur L'Etoffe du Héros

    Mouais...

    Ouaip, pas facile d'aller dans l'espace quand on a un nom de beurre )
    Oh he, ça va, hein ?
    Et le coup du "bonne chance Monsieur Gorky", c'est pas lui ?

    Posté par Cityzen, 13 avril 2007 à 11:05 | | Répondre
  • Comment te dire, mon Cityzen.... heu...
    Bon je vais y aller franco, voilà :

    - la margarine c'est pas du beurre. Le beurre ça vient du lait, c'est donc un produit animal. La margarine est fabriquée à partir de matières grasses végétales. CQFD.

    - tu devrais consulter un orthophoniste, il semble que tu as un problème d'élocution (difficulté à prononcer les "m" ? Allongez-vous et parlez-moi de votre enfance...)

    - c'est pas Gagarine qui a souhaité bonne chance à M'sieur Gorsky, c'est Neil Arsmtrong, sur la Lune. Mais en fait, si tu écoutes les enregistrements de la NASA, ben Armstrong ne l'a pas dit non plus. Mébon, si tu commences à croire ce que dit la NASA... tu risques de croire que l'homme a vraiment été sur la Lune !

    Posté par Ferdie, 13 avril 2007 à 11:27 | | Répondre
  • Glasnost!

    Choisis ton camp Ferdie! Ce post n'est pas clair. On sent la pauvre petite "française" travaillée par la propagande stalinienne incarné par le PCF d'après guerre.Oui, celle-là même qui fait que certain de nos enfants disent encore, au 21ème siècle, "papa je veux être COSMONAUTE"!!!

    (un jour je la ferai déporter...)

    Posté par captain du Berry, 18 avril 2007 à 17:13 | | Répondre
  • Tu es cruel, Boukov

    Rho oui, fais-moi déporter, grand fou ! Dans une troïka attelée à des chevaux blancs et avec toi en costume de Père Noël, il te va si bien ! Heu.... on s'égare un peu là, non ?
    Quand tu dis, "la propagande stalinienne incarné par le PCF d'après guerre", tu veux dire celle colportée par Pif Gadget ?
    Si c'est ça, bah oui, je plaide coupable.
    Puis franchement, COSMO-naute, ça a plus de gueule niveau sonorité que bêtement ASTRO / SPATIO - naute, non ?
    Sinon... un jour, va falloir que je te parle de von Braun, d'Apollo 1, de Skylab et de ma rencontre avec Jean-Loup Chrétien... Peut-être dans un prochain post, à voir.

    Posté par Ferdie, 18 avril 2007 à 17:52 | | Répondre
  • La touffe du héros

    Bon pour une fois je vais être d'accord avec toi. Les Communistes ne disaient (avant hein, dans le passé) pas que des conneries...Et je le prouve : http://www.dailymotion.com/video/x1qmeq_marchais

    Posté par cap' du Soviet, 18 avril 2007 à 18:02 | | Répondre
  • Plutôt que Von braun t'a pas plutot un truc sur Eva?

    Posté par Soviet du berry, 18 avril 2007 à 18:13 | | Répondre
Nouveau commentaire