01 février 2007

Fin de cohabitation

Bon, ayé. A partir d'aujourd'hui, on n'a plus le droit de fumer. Enfin : au moins dans les entreprises, établissements scolaires, administrations, commerces, centres commerciaux, établissements de santé, gares, aéroports, salles de sport (hein ? on fumait dans les salles de sport ?!!), salles de spectacle... et dans les transports en commun. Pour tous les fumeurs, le mot d'ordre devient désormais : Oskour !

Et le pire reste à venir pour vous, les gars : le 1er janvier prochain, vous pourrez aussi vous brosser les récepteurs à nicotine dans les cafés, restaurants, casinos et discothèques.

Rassurez-vous, je ne vais pas jouer les Mères Moralisatrices et vous dire que c'est mieux pour votre santé, poumons tout noirs, cancer, et tout ce genre de choses. Je ne vais même pas vous refaire le coup du tabagisme passif, qui fait qu'en fumant, vous tuez les autres à petit feu, 'spèce d'assassins. Non, non. Pourtant je pourrais. Parce que, vous avez deviné, moi je ne fume pas. Et même, je suis allergique. Un fumeur à 10 mètres de moi, je le repère tout de suite. Chuis un véritable détecteur : mon nez se bouche, mes yeux piquent, même dans la rue. Dans les cas les plus graves, je me mets à tousser encore plus fort que les fumeurs, sans pouvoir m'arrêter. Jusqu'à m'en fêler une côte (non, non, j'exagère pas, ça m'est vraiment arrivé). Pourtant, contrairement à certains non-fumeurs intégristes, je n'ai jamais sauté à la gorge de quelqu'un (symboliquement, hein) pour lui faire écraser sa clope. Il n'y a qu'au restaurant où je reste intransigeante : tu veux fumer, ok, mais pas pendant qu'on mange, merci.

Donc aujourd'hui, je compatis : ça doit être dur d'être traqués comme ça. Une p'tite clope allumée là où c'est interdit, boum ! amende : 68 euros. Quant au responsable d'un établissement appartenant à la liste susmentionnée, s'il n'applique pas la nouvelle réglementation, pauvre inconscient, c'est 135 euros qu'il se prend dans les dents.

Bien sûr, il y a des râlages. Les débitants de tabac, évidemment. La Confédération générale des petites et moyennes entreprises, aussi. Normal : installer un fumoir aux nouvelles normes, ça va représenter une dépense énorme pour nombre de PME. Même les psychiatres s'y sont mis. Faut dire que ce sont eux qui vont devoir recueillir moult nouveaux anciens-fumeurs, en sevrage imposé et soudain, qui se réfugieront sur les divans pour trouver réconfort et soutien moral.

Bah oui, quoi ! Vous avez tous côtoyé des fumeurs en train d'essayer d'arrêter la cigarette, n'est-ce pas ? Des gens qui, par manque d'herbe à Nicot, et autres substances plus saugrenues que les fabricants mettent dans leurs tiges, deviennent désagréables, irascibles, voire complètement explosifs. Ca fait peur, non ? Moi j'vous l'dis, on se prépare de grands moments de bonheur.

Mébon, essayons de voir le côté positif. Que la clope soit interdite dans les établissements scolaires, jusque dans les cours de récré, c'est plutôt une bonne chose, non ? Que les ados ne prennent pas trop tôt l'habitude d'en griller une dès qu'ils ont 5 minutes à occuper... Certes, ils fumeront dès la sortie, dans la rue, mais ça devrait quand même limiter un peu la casse.

Soyons honnêtes : on l'avait vu venir de loin, cette loi. En l'occurrence, la France ne fait que suivre l'exemple de plusieurs pays européens : Irlande, Suède, Norvège, Grande-Bretagne, Espagne, Italie... Oui, même en Italie, et même là-bas ça a bien marché ! Alors, pas très étonnant que ça nous tombe sur le coin du nez ! Et on devrait nous aussi pouvoir arriver à s'adapter : les Italiens sont tout aussi indisciplinés que nous, voire même plus ! Mébon, il faut bien le reconnaître, la France adopte une position plutôt drastique... Mais je vous le répète, il peut y avoir des aspects positifs à la chose. Si, si, je vous assure ! Déjà, les patchs pour arrêter de fumer pourront être remboursés par la Sécu - ce qui, soit dit en passant, risque fort de ne pas arranger les affaires du fameux trou du même nom... Mais il y en a bien d'autres !

Des exemples ? Ok. Alors, petit retour en arrière, si vous le voulez bien : back to mai 2004, où déjà le sujet avait fait l'objet d'un Délire. Attachez vos ceintures, j'enclenche la Machine à remonter le Temps :

(…) En fait, l'interdiction de fumer dans les lieux publics, ça peut être un super plan. Voire même avoir des résultats tout à fait inespérés. Et dans le pire des cas, inciter certains à fumer encore plus, ou à s'y mettre. Illustration, en Irlande : 

OSLO (Reuters) - La loi en Irlande interdisant la cigarette dans les pubs semble avoir un double avantage (…)
Hormis le fait que des sondages informels indiquent une légère baisse du nombre d'adultes irlandais qui fument - 2% de moins qu'il y a deux ans -, un phénomène social important est apparu, c'est une nouvelle forme de rencontre, a indiqué mardi le ministre irlandais de la Santé, Micheal Martin (…)

Les hommes semblent donc entamer plus souvent les conversations avec des femmes tandis qu'ils sortent fumer une cigarette à l'extérieur en toute légalité entre deux boissons.

"Apparemment, le point de départ des rencontres se fait à l'extérieur", a déclaré Martin à un journal norvégien, plaisantant en outre sur le fait qu'il avait peur à présent que certaines personnes se mettent à fumer pour faire des rencontres.

Pas bête ça.... me donnerait presque l'envie d'en allumer une, juste pour voir. Une étude sociologique, quoi (une de plus !) : les effets de la cigarette en tant que facilitateur interpersonnel.


En tout cas, l'exemple irlandais a convaincu les Norvégiens, qui ont donc décidé d’interdire de fumer dans les bars et restaurants à partir de juin. Suite et fin de la dépêche :

La semaine prochaine, les touristes atterrissant à l'aéroport d'Oslo seront accueillis par une affiche sur laquelle deux personnages tenant un poisson disent "la seule chose que l'on fume ici c'est le saumon".

Ils ont de l’humour dans le grand Nord, quand même… non ?

(Intégralité de cette note anthologique : )


Presque 3 ans déjà !

Conclusion ? Chers amis non-fumeurs, réjouissons-nous ! Nos bronches fragiles, naseaux délicats et yeux sensibles devraient très vite se sentir revivre ; camarades fumeurs, courage : ce n'est qu'un mauvais moment à passer. On est tous avec vous !

Quoique...

En Italie se pose un nouveau problème. Les fumeurs sortent dans la rue pour s'adonner à leur rite (on va appeler ça comme ça, pour pas dire "vice", inutile de stigmatiser davantage, vous ne croyez pas ?). Chaque pause clope dure environ une dizaine de minutes. Admettons qu'un fumeur sorte ainsi toutes les heures. A la fin de la journée, c'est plus d'une heure qu'il aura passé ainsi, loin de son poste. Et là, ça ne va plus. A travail égal, salaire égal, le non-fumeur aura travaillé plus que le non-fumeur... Oulala... Les revendications salariales ne sont pas très loin... Les conflits sociaux se profilent à l'horizon....

Oskour, je vous disais !

Posté par Ferdiebear à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Fin de cohabitation

Nouveau commentaire